Veilleuses. Autour de trois images de Jacques Derrida

Michaud, Ginette, Veilleuses. Autour de trois images de Jacques Derrida, Éditions Nota bene, Philosophie continentale, 2009, 120 p.
Prix : 
38,00 $
ISBN : 
978-2-89518-314-3

«Point d’autoportrait, personne derrière la persona. Mais tant d’impatience devant les “rôles” et les personnages! Cette question inquiète ne s’est jamais tue en moi.»

 
Jacques Derrida, c’est connu, avait du mal avec son image: il ne se reconnaissait en aucune des innombrables photos prises de lui, pas plus qu’il ne souscrivait à la supposée ressemblance ou vérité du portrait, fût-ce celle de l’autoportrait. Mais il disait aussi: «Je n’ai rien contre la photographie, au contraire la photographie m’intéresse beaucoup et je dirai même: la photographie de moi m’intéresse.»
 
Cet essai réfléchit sur ce paradoxe à partir de trois scènes autobiophotographiques, disposées ou plutôt réfractées ici à la manière d’un triptyque: tout en interrogeant le rapport complexe de Derrida à son image, il s’attache aussi aux affects sécrétés par l’image et à ce qui se passe en elle. Entre témoignage, mémoire et phantasme, ces scènes de lecture tournent autour d’une question à la fois naïve et insondable: peut-on aimer une image, son image?
 
Avec des illustrations en couleurs. Édition limitée.
 
Sont aussi disponibles chez l'éditeur des exemplaires de tête, numérotés de 1 à 50, imprimés sur papier Strathmore pur coton blanc, au prix de 59$.