Lignes convergentes. La littérature québécoise à la rencontre des arts visuels

Boisclair, Antoine; Lambert, Vincent Charles, Lignes convergentes. La littérature québécoise à la rencontre des arts visuels, Éditions Nota bene, Fonds (littérature), 2009, 178 p.
Prix : 
26,95 $
ISBN : 
978-2-89518-357-0

 

Qu’ils s’intéressent à la poésie, au roman ou à l’essai, les auteurs de cet ouvrage mettent en valeur, à travers leur étude consacrée à des écrivains québécois, la dimension esthétique de la littérature. Établir des convergences ou des divergences entre la littérature et les arts visuels, voir comment un artiste a pu influencer l’écriture d’un livre, en effet, ne revient pas seulement à étudier des thèmes ou, comme on l’affirme parfois de manière hasardeuse, à révéler le style «artistique» ou «pictural» d’un écrivain. Lire une œuvre de fiction dans une telle perspective, c’est tout d’abord rappeler que la littérature, que l’on tend souvent à réduire à un discours social parmi d’autres, est avant tout une forme d’art. Partant de ce principe, ce livre offre un point de vue original sur l’histoire de la littérature québécoise. Un point de vue qui, opposé à l’idée d’un grand récit de la modernité – récit qui commencerait par exemple avec la publication de Refus global –, mise plutôt sur des visions du monde singulières, sur des expériences esthétiques et, plus globalement, sur des rencontres entre artistes et écrivains.  
 
Avec des textes de : Étienne Beaulieu, Thierry Bissonnette, Antoine Boisclair, Julie Gaudreault, Vincent C. Lambert, Gilles Lapointe, Catherine Morency et Pierre Ouellet.