Auteurs

A | B | C | D | É | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | R | S | T | V | W | X

Daniel Dagenais est professeur de sociologie à l'Université Concordia. Il a obtenu en 2011 le prix Jean-Charles-Falardeau pour son ouvrage La fin de la famille moderne. Il fait partie du Collectif Société fondé par le regretté Michel Freitag depuis ses tout débuts. 

Isabelle Daunais est professeure au Département de langue et littérature françaises de l'université McGill et fait partie du groupe de recherche TSAR ("Travaux sur les arts du roman").

Michelle Daveluy est professeure agrégée au Département d’anthropologie de l’University of Alberta à Edmonton. Elle est aussi chercheure associée à l'Institut circumpolaire canadien et Adjunct Professor à Saint Mary's University à Halifax en Nouvelle-Écosse.

Personnalité bien connue des milieux du théâtre au Québec, Gilbert David enseigne la littérature et le théâtre à l’Université de Montréal.

Sylvain David est professeur agrégé au Département d'études françaises de l'Université Concordia, où il enseigne la littérature du XXe siècle et la littérature contemporaine. Il est membre de Figura — Centre de recherche sur le texte et l'imaginaire et du Centre de recherche interuniversitaire en sociocritique des textes (CRIST).

Jacques De Visscher est né à Gand (Belgique). Il a étudié la philosophie morale après sa formation comme architecte d’intérieur. Il a été professeur de philosophie au Département d’architecture de l’Institut Saint-Luc, à Gand, et professeur émérite à l’Université Radboud, à Nimègue, où il a enseigné les problèmes philosophiques dans la littérature.

Geneviève De Viveiros est professeure au Département d'études françaises de l'Université Western Ontario. Spécialiste de l'oeuvre de Zola et du naturalisme, elle s'intéresse à l'histoire littéraire et culturelle du XIXe siècle, tout particulièrement au théâtre et à la correspondance.

David Décarie est professeur à l’Université de Moncton où il  poursuit des recherches sur les genres et les figures dans l'œuvre de Germaine Guèvremont.

Isabelle Décarie vit à São Paulo au Brésil. Après avoir obtenu un doctorat à l’Université de Montréal, elle a poursuivi ses recherches postdoctorales sur la littérature contemporaine à l’Université Harvard, ainsi qu’au CELAT à l’Université du Québec à Montréal.

Jeanette den Toonder est directrice du Centre d'études canadiennes de l'Université de Groningen, aux Pays-Bas, depuis 2005, où elle enseigne la littérature du Québec et du Canada français au Département des langues et cultures romanes. 

Benoît Denis est professeur à l'Université de Liège. 

Marie-José des Rivières est professeure associée au Département des littératures et conseillère en développement de la recherche à la Faculté des sciences de l’éducation de l’Université Laval. Elle est membre du Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises (CRILCQ).

Catherine des Rivières-Pigeon est professeure au Département de sociologie de l'UQAM.

Carole Després est professeure à l'École d'architecture de l'Université Laval.

Patrick Dieudonné, historien d'architecture, est maître de conférences à l'Institut de Géoarchitecture de l'Université de Bretagne Occidentale et chercheur associé à la Chaire de recherche du Canada en patrimoine urbain.

Thierry Dimanche a publié plusieurs livres de poésie, dont la trilogie « Mes encycliques désaxées » : À ceux qui sont dans la tribulation (2004), De l’absinthe au thé vert (2005) et D’où que la parole théâtre (2007), parus à l’Hexagone. Mycologue et herboriste compulsif, il croit aux vertus rédemptrices du thé vert et de la poésie.

Michel Dion est professeur titulaire à la Faculté d’administration de l’Université de Sherbrooke. Il est titulaire de la Chaire de recherche en intégrité financière CIBC.

Robert Dion est professeur au Département d'études littéraires de l'Université du Québec à Montréal. Ses recherches portent sur la dimension référentielle des fictions québécoises et françaises contemporaines.

Nathalie Dolbec est professeure agrégée au Département de langues, littératures et cultures de l’Université de Windsor (Ontario), où elle enseigne la littérature et la culture francophones du Canada. Ses travaux de recherche portent sur le discours descriptif chez les écrivains du XIXe au XXIe siècles, tant au Canada qu’en France.

Nicoletta Dolce enseigne au Département de littératures et de langues modernes de l’Université de Montréal. Elle partage sa vie entre la littérature et la danse. 

Peter Dorrington est directeur adjoint de l'Institut français (Université de Regina), l'institution postsecondaire francophone de la Saskatchewan, où il assure également la direction du Centre canadien de recherche sur les francophonies en milieu minoritaire.

Jean-François Dowd habite depuis l'enfance un village montérégien à quelques kilomètres de la frontière américaine. Il a publié des poèmes et des carnets, notamment La note du triangle aux Éditions du Noroît. Il enseigne dans un collège de Montréal.

Benoit Doyon-Gosselin est titulaire de la Chaire de recherche du Canada en études acadiennes et milieux minoritaires et professeur agrégé au Département d'études françaises de l'Université de Moncton depuis 2014. De 2007 à 2014, il était professeur au Département des littératures de l'Université Laval.

Bachelière en histoire de l'art de l'Université du Québec à Montréal, Sophie Drouin rédige actuellement, au Département de lettres et communications de l'Université de Sherbrooke, un mémoire de maîtrise sur l'édition et la contre-culture au Québec.

Sophie Dubois est doctorante au Département des littératures de langue française de l'Université de Montréal. 

Docteur en philosophie, Olivier Ducharme est l’auteur de Michel Henry et le problème de la communauté. Pour une communauté d’habitus (L’Harmattan, 2013), d’Une vie sans bon sens. Regard philosophique sur Pierre Perrault (avec Pierre-Alexandre Fradet, Nota bene, 2016), de Todd Haynes : cinéaste queer.

Alexandre Duchêne est professeur en sociologie du langage et directeur de l’Institut de plurilinguisme de l’Université de Fribourg et de la Haute École pédagogique de Fribourg. 

Gérard Duhaime est sociologue et politologue. Il est professeur au Département de sociologie de l'Université Laval, où il est également titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur la condition autochtone comparée. 

Annie Dulong est docteure en littérature (création littéraire). Ses recherches postdoctorales (FRQSC-UQAM et CRSH-New School) ont porté sur la représentation du 11 septembre en littérature contemporaine.

Sébastien Dulude a rédigé une thèse de doctorat sur les dispositifs typographiques et iconographiques à l’œuvre dans certains recueils de poésie de la contre-culture québécoise (Université du Québec à Trois-Rivières / Université McGill). Il a publié divers articles portant sur la poésie et la typographie, notamment dans l’œuvre de Gatien Lapointe et de Josée Yvon.

toino dumas fréquente les grands établissements de la culture depuis le jour où il a été assez grande pour sauter la clôture menant au champ de maïs de son vieux voisin, le fermier Scullion. Elle a pratiqué le livre d’artiste sous plusieurs noms et avec plusieurs collaborateurs et a publié, sous le nom d’Antoine Dumas,

Alina Dumitrescu est née en Roumanie. Immigrée au Québec il y a vingt-huit ans, elle vit aujourd'hui à Montréal. Le cimetière des abeilles, écrit en français, est son premier livre. 

François Dumont est professeur au Département des littératures de l’Université Laval, où il dirige le Centre Hector-De Saint-Denys-Garneau, voué à l’étude de la poésie québécoise.

Gilles Dupuis est professeur agrégé au Département des littératures de langue française de l'Université de Montréal. 

Né à Montréal en 1966, Jean-Philippe Dupuis a publié deux recueils de poèmes : Attachement (1999) et Table de nuit (2004). Il a aussi réalisé les documentaires Saint-Denys Garneau (2011) et Chemin Bessette (2014).

Jean-Pierre Dupuis est professeur de sociologie et d'anthropologie des organisations à l'école des HEC. Ses travaux de recherche portent principalement sur les relations entre les gestionnaires québécois et ceux de la France, du Mexique et des États-Unis dans le cadre d'entreprises ayant des activités internationales.

Pages